La vérité sur le Cossart
Nous contacter
LE PROJET Préambule

Le site « la vérité sur le Cossart » se veut le plus complet possible. Ceci dans le but que vous soyez correctement informés, au risque, peut-être, de paraître parfois rébarbatif. Le site des "Amis du Cossart" est très joli mais erroné et volontairement incomplet. Nous souhaitions absolument ne pas tomber dans le même travers, raison pour laquelle notre site est sobre et factuel. Pour ne pas trop l’alourdir, certaines informations sont placées sous onglets. A ce propos, notre site reste ouvert à tous et vos informations ou messages y sont les bienvenus.

Vous trouverez sur notre site les principales « contre-vérités » exposées par les amis du Cossart. Les raisons pour lesquelles ces «contre-vérités » sont écrites. Ils se prétendent amoureux de la nature, vous verrez ce qu’ils disent, et puis ce qu’ils font (photos et vidéo à l’appui !)… Enfin les raisons pour lesquelles il convient d’être favorable à notre projet.

Tout ce que vous lirez ci-dessous est factuel, mais s’il s’avère que vous constatez des erreurs, des oublis ou des incorrections, veuillez nous le faire savoir, nous rétablirons immédiatement la vérité.

Nous plaçons, par ailleurs, un lien vers le site des "Amis du Cossart" www.lesamisducossart.be et espérons la réciprocité.

Après avoir parcouru notre site, si nous vous avons interpelé, n’hésitez pas à nous faire part de votre opinion. Nous vous en remercions d'avance.

Historique

Fin des années 90, la SA Le Rooz achète à Joseph Garsoux trois bâtiments de ferme extrêmement délabrés (les anciens s’en souviendront) entourés d’un terrain à bâtir de 2.32 ha. Des travaux de rénovation très importants sont entrepris pour accueillir aujourd’hui huit familles dans des logements de qualité. Dès le départ, le bénéfice escompté de l’opération n’était pas attendu dans la restauration onéreuse des fermes mais dans la création, à venir, d’un lotissement sur le terrain.

Dès que cela fut possible, une demande de lotissement a été introduite à la Ville. Elle fut refusée, considérée trop importante et pas adaptée à la situation. A revoir… Pour des raisons propres à la société, durant de longues années, le projet est resté en stand-by. Pendant cette période, la SA Le Rooz a continué à réfléchir pour élaborer des plans et des aménagements sur ses terrains. Vous devez savoir que le terrain a été classé en zone constructible par le dernier plan de secteur, en 1979. Cela fait presque 35 ans ! Ensuite, la Commune a confirmé cette situation par un schéma de structure communal) (SSC) approuvé le 26 février 2011. Rien ne l’y obligeait.

Afin ne pas alourdir cet historique, si vous le souhaitez, vous pourrez lire via ce lien le schéma de structure communal), l’intégralité de cet avis communal. Vous y lirez, entre autres, que le terrain est destiné volontairement par la Ville à la construction d’habitations telles que prévues par le projet.

Donc, les services publics ont confirmé, le 26 février 2011, la destination de ce terrain, alors qu’ils connaissaient depuis plus de 10 ans le projet de lotissement existant sur ce terrain. Depuis la première demande de lotissement, les services publics sont au courant de ce souhait et n’ont entrepris aucune démarche pour « classer » ce terrain. Ni même essayé, d’une manière ou d’une autre de dissuader la SA Le Rooz d’y envisager un lotissement.

Mieux encore, la Ville a autorisé la vente d’une parcelle de terrain littéralement « découpée » de la parcelle cadastrale appartenant à la ferme Garsoux , pour y construire une maison au numéro 109 de la rue de Mariomont. Il s’agit du rectangle blanc, que vous pouvez voir sur le plan ci-dessous présentant les accès. Exactement sur la même parcelle que celle concernée par la demande de la SA Le Rooz.

Le comble, c’est que ce monsieur fait partie aujourd'hui des "Amis du Cossart" !

Cette découpe a été acceptée par la Ville bien avant que la SA Le Rooz n’achète la ferme de Monsieur Garsoux . C’est dire qu’à l’époque, quand la SA Le Rooz a acheté la ferme et le terrain, aucun doute n’était possible sur la division de ce dernier en parcelles à bâtir. D’autant que cette parcelle, vendue avec l’accord de la Ville, correspond en taille, à celles proposées aujourd’hui. Elles sont même plus grandes.



La SA Le Rooz, a revu plusieurs fois sa copie et a tout fait pour essayer de rendre ce projet le plus beau possible. Notamment en réduisant le nombre de maisons, la densité proposée actuellement est bien inférieure à celle préconisée par la Région Wallonne.

La SA Le Rooz a rencontré les habitants voisins du projet à l’occasion de l’étude d’incidences sur l'environnement, afin d’être attentif à leurs souhaits légitimes concernant le ruisseau du Cossart et ses débordements. Raison pour laquelle la SA Le Rooz a prévu le placement de réserves d’eau importantes (80m3 pour le bassin B et 118m3 pour le A) pour réguler le débit de l’eau en cas de très fortes pluies ( vous lirez ci-dessous le dispositif prévu à cet effet). Aussi en respectant à 100% les souhaits de l’étude d’incidences, concernant, notamment, l’emplacement des bâtiments, la hauteur des toitures afin de préserver la vue des habitants du chemin du Cossart ( même pour ceux qui ont détruit la haie, voir ci-dessous), ou en créant un verger de plus de 4500 m2 (sur 23.000m2, c’est énorme, cela représente 20% du terrain!)

Aujourd’hui, la SA Le Rooz, après avoir fait beaucoup d’efforts et consenti des investissements très importants dans l’élaboration de plans, de mesurages et dans les différentes études souhaite pouvoir utiliser son terrain.

N’est-ce pas bien normal ? N’en feriez-vous pas autant ?

La SA Le Rooz est à votre disposition pour répondre à toutes vos questions.

Localisation

Tout d'abord, voici un lien avec la localisation du terrain sur Google Map.

On ne vous a pas dit la vérité. Voici la photo placée, sans légende ni explication, sur le site des "Amis du Cossart". Sans doute considèrent-ils qu’une légende est inutile !

Que semble montrer la surface rouge ? Le lotissement ?

Source : site internet des « Amis du Cossart », 20 septembre 2013


FAUX : En surimpression verte sur l'image ci-dessous, vous pouvez voir la vérité sur la surface réelle du lotissement. Ni plus, ni moins ! En liseré bleu, la vraie surface du Val du Cossart. Finalement la surface rouge ne veut strictement rien dire. Quelle manipulation !


La carte erronée donnait une image imposante du projet


Le projet consiste en l’urbanisation des terrains entourant l’ancienne ferme dite « Garsoux », compris entre le chemin du Cossart au nord, la rue de Mariomont au sud et le sentier des Écureuils à l’ouest. Ces terrains sont actuellement cadastrés Verviers, 4ème division, section B, n°663B, 663E, 665A, 667F et 668H et couvrent une surface de 2,32 ha.

Le terrain

Savez-vous que le terrain est situé entre l’ancienne ferme dite « Garsoux » et les habitations déjà existantes dans le chemin du Cossart ? Que le vallon du Cossart a une superficie de 380 ha (dont 64 hectares en zone d’habitat) et que le terrain fait 2,32ha ?

Notre projet représente 0.62% du Val du Cossart ! Le terrain est situé à plus de 35 mètres du ruisseau du Cossart et fait partie d’un terrain déjà urbanisé (ferme) et bordé d’autres terrains également urbanisés du vallon, dans la partie la moins intéressante du vallon du Cossart des points de vue paysagers et de la biodiversité et, au sein duquel, aucune espèce protégée ou rare n’a été observée.

Photos exhaustives du terrain - Cliquer pour agrandir


Il ne s’agit pas :

En conclusion, il ne s’agit pas de ces terrains qui constituent le véritable poumon vert du vallon du Cossart et que chacun d’entre nous souhaite préserver.

Situation cadastrale

Voici le plan de secteur:
-
Le terrain est situé dans une zone constructible depuis 1979, enclavé dans d’autres constructions et terrains constructibles. Le plan de secteur de Verviers-Eupen a été approuvé par l’Arrêté de l’Exécutif régional wallon du 23 janvier 1979.

Voici la projection des immeubles à construire. On peut voir sur la gauche du terrain qu’un important verger sera créé. De même on s’aperçoit que les maisons construites dans le bas sur la droite, rue de Mariomont, se voient assez peu, et carrément pas du tout, pour celles à gauche, complètement cachées par la végétation. Enfin, on constate que cette zone est déjà urbanisée, à gauche, à droite, derrière et que d’un point de vue visuel, les 4 nouvelles maisons n’y changeront pratiquement rien.

Avec un projet comme celui-ci, naît l’obligation justifiée de faire des projections. Les autorités compétentes veulent connaître l’impact visuel du projet, depuis certains points de vue considérés comme intéressants. Ce paragraphe est écrit pour vous montrer la contradiction vis à vis de ce que vous lirez ci-dessous et qui est le fait de certains membres fondateurs des "Amis du Cossart".

Grace à cette projection on constate surtout que si la haie n’avait pas été sauvagement agressée et rabattue par certains riverains du chemin du Cossart, ces derniers ne verraient pas les constructions non plus.

Sous le prétexte du seul profit immédiat de leur vue et en sachant pertinemment bien que les terrains du bas étaient constructibles, ils ont rasé la haie ! Aujourd’hui, ils veulent simplement le beurre et l’argent du beurre…

Pire encore, de l’endroit où est faite cette projection, en tirant une ligne prolongeant le sommet des végétaux existants encore, vous constaterez que la haie, si elle existait encore à cet endroit et vu sa hauteur, cacherait complètement les maisons du chemin du Cossart, au profit de tous.

Mais, jusqu’à ce jour cela ne les tracassait pas !

Description

Le projet d’urbanisation a été élaboré dans le but de s’intégrer au mieux dans l’environnement.

Le projet a en effet fait l’objet d’une étude d’incidences sur l’environnement qui a étudié l’ensemble des incidences potentielles de l’avant-projet de permis d’urbanisation, pris en compte les avis des riverains et émis des recommandations afin de diminuer au maximum l’impact du projet, à tous points de vue. Au final, cette étude d’incidences a fait évoluer positivement le projet et plus globalement l’a transformé en un véritable projet structurant qui influe positivement sur la situation actuelle.

Le projet :

-
Il est par ailleurs important de signaler qu’aucun accès ne sera créé dans le bas du chemin du Cossart qui restera comme souhaité par tous, non carrossable ; et qu’ainsi la haie formant une voûte sera totalement préservée.
Cette limitation des points d’accès permet également de réduire les points de conflit potentiel (croisements) et ainsi de contribuer à assurer la sécurité sur les voiries

L’impact visuel dans la haie des zones d’entrée chemin du Cossart (côté voûte) sera négligeable, puisque la haie est régulièrement rabattue, sans autorisation et malgré les réclamations répétées du propriétaire de la ferme (la SA Le ROOZ). Cette coupe clandestine et drastique est opérée par des riverains, peu scrupuleux afin d’améliorer leur vue sur la vallée.

La photo ci-contre illustre la haie coupée située devant les numéros 33 et 35 du chemin du Cossart (deux membres fondateurs des "Amis du Cossart"), endroit par lequel se fera l'accès nouveau 2.


-
Attardons-nous, d’ailleurs, quelques instants sur ces gens peu scrupuleux qui coupent dans une haie qui ne leur appartient pas, alors même que certains d’entre eux sont membres fondateurs de l’ASBL des "Amis du Cossart". Voilà donc des gens qui, précédemment, ont construit exactement au même endroit, sur le même terrain que celui pour lequel ils combattent aujourd’hui. Des gens qui ne permettent pas à d’autres de s’installer à moins de 20 mètres de l’endroit où ils ont construit eux-mêmes quelques années plus tôt! Mieux, ils s’insurgent contre ce projet.

Ces gens, qui détruisent des haies, affichent des avis : Sauvons le Cossart, devant leurs terrains, sur des pylônes électriques ou des bancs (celui des Bourdeux, c’est amusant !) qui ne leur appartiennent pas non plus. En tous cas, il faut reconnaître qu’ils se soucient bien peu de ce qui leur appartient ou pas.

Ci-dessous, les photos de ce qui reste de la majestueuse haie, appartenant à la SA Le ROOZ, détruite clandestinement par eux, qui se revendiquent "Amis du Cossart", simplement pour leur vue, face à leur propriété. Le paradoxe est à son paroxysme !


COTE-VALLEE


COTE-MAISON



Sur le banc des Bourdeux ! Est-ce le banc où l’on raconte des bourdes ?

Protégeons le Cossart, disent-ils ! Et eux, que font-ils de leurs eaux usées ? Auraient-ils l’honnêteté de dire à quoi est raccordé le trop plein, peu filtré, de leurs très anciennes fosses septiques? Leurs eaux usées ne coulent elles pas d’abord dans le terrain de la SA Le Rooz, par déclivité puisque ce terrain est en dessous du leur, puis dans le ruisseau du Cossart finalement? En effet, protégeons le Cossart !

Le lotissement souhaité par la SA Le Rooz prévoit le placement de stations d’épuration performantes, aux normes légales actuelles, avec une possibilité de contrôles aisés par les services publics.

Mais revenons en à nos moutons, le projet :

Eaux pluviales

Les eaux pluviales peuvent être de deux origines différentes :
o Les eaux de pluie générées par les toitures des habitations,
o Les eaux générées par les surfaces imperméabilisées ou semi-imperméabilisées et par les jardins.

Les premières sont régulées au sein de chacun des lots par des dispositifs récoltant les eaux de pluie. Lors de la construction d’une habitation, la réalisation d'un dispositif de stockage de l’eau pluviale est ainsi obligatoire et sa capacité est établie comme suit : au minimum 5 m³ par 100 m² de toiture. Les habitations sont en outre obligatoirement dotées d’un équipement technique qui permet l’usage domestique de cette eau de pluie récupérée : arrosage, nettoyage, etc…

Les secondes sont régulées par un système de rétention qui comprend plusieurs dispositifs. Le projet comprend ainsi l’installation de systèmes de temporisation des eaux pluviales qui permettent d’améliorer le régime hydrique actuel et donc la situation du ruisseau du Cossart en période de fortes pluies ; ce qui permet de diminuer autant que possible à l’échelle du projet l’aléa d’inondation qui existe sur ce ruisseau. En effet, plutôt que de ne temporiser que le surplus d’eau de ruissellement engendré par l’urbanisation du site, les systèmes de rétention mis en place permettent de recueillir l’entièreté du volume d’eau ruisselant après l’urbanisation du site, y compris la part qui ruisselle déjà avant urbanisation.

La capacité des bassins est calculée pour une pluie d’orage de 20 minutes et de période de retour de 30 ans qui correspond à une intensité de 244 l/s/ha.

Voir le détail en cliquant ici



Au travers de ces systèmes, le projet améliorera la situation du ruisseau du Cossart, notamment lors des épisodes orageux ;

Les contre-vérités

Tous les encadrés noirs sont des « copiés-collés » du site des « Amis du Cossart ».

Source : site internet des « Amis du Cossart », 20 septembre 2013
Raccordement aux égoûts
C'est pour nous une véritable catastrophe tant au point de vue environnemental qu'urbanistique. Et de nombrux problèmes techniques se posent :

*aucun raccordement aux égoûts: l'évacuation des eaux usées et de ruisselement pose un risque majeur d'inondation et de pollution du ruisseau ;

FAUX ! Il y aura des stations d’épurations modernes avec des filtrations très fines qui seront nettement plus propres que les fosses actuelles utilisées par les occupants des maisons construites dans le même endroit.

Quant au problème d'inondation , le lotissement réduira les problèmes de débordement du ruisseau en cas de fortes pluies ( comme décrit précisément ci-dessus)

Il est surprenant de constater que certains utilisateurs d’anciennes fosses septiques se tracassent plus de l’arrivée de nouvelles installations modernes et de leur emploi que du fait de faire fonctionner les leurs qui polluent, peut-être, le ruisseau.

Source : site internet des « Amis du Cossart », 20 septembre 2013
Aménagement de la voirie
*aucun aménagement de la voirie déjà trop étroite : le traffic généré induira un réel danger pour les piétons et les nombreux promeneurs du Val.

FAUX ! Là où les routes sont larges, les habitants demandent des systèmes pour réduire la largeur et la vitesse. Il est prouvé que les routes dont l’étroitesse et la visibilité sont réduites sont plus sécurisantes pour la population (cfr. étude d’incidences).

Source : site internet des « Amis du Cossart », 20 septembre 2013
Illustrations contre le projet

Voici une splendide photo ! Dommage qu’elle illustre un endroit situé pratiquement à 1km du terrain concerné. Quel est le rapport ?

Source : site internet des « Amis du Cossart », 20 septembre 2013
Illustrations contre le projet

Ici encore… Indiscutablement de très belles photos ! Mais sans rapport avec le projet. Tout cela restera aussi beau après. Mieux encore, plus de personnes pourront en profiter après la construction.

Source : site internet des « Amis du Cossart », 20 septembre 2013
Les perles!
Quels sont les dangers pour la vallée ?
La disparition des étangs, des zones humides, des grands espaces boisés, des haies, ...

FAUX il n’y a aucune disparition d'étangs, de zones humides, d’espaces boisés, de haies. Il n’y a pas la moindre zone humide sur le terrain concerné. Il faut d'ailleurs avoir la berlue pour voir des étangs dans des terrains en pente! Par contre, ils annoncent que:

Source : site internet des « Amis du Cossart », 20 septembre 2013
Au niveau de l'eau qui y coule, depuis plusieurs années, des indices nous montrent que l'eau y est de plus en plus propre, c'est dû au respect des riverains qui veillent à rejeter des eaux de mieux en mieux traitées.

Ah bon !? Pourrait-on demander aux fondateurs des "Amis du Cossart", notamment ceux du chemin du Cossart 33 et 35 (qui coupent dans les haies, cfr plus haut) de réagir pour faire savoir ce qu’ils ont fait à ce propos ?

Et particulièrement au président de l’ASBL qui déclare:


Ça, c'est ce qu'il dit... Voici ce qu'il fait chez lui:


Système mis en place à la propriété du Président des "Amis du Cossart"

Ceci est la photo du système mis en place à la propriété du Président, coulant directement dans le ruisseau du Cossart… Et oui, le Président des "amis" du Cossart, celui de la vidéo ! Vous a-t’on montré cela aussi à l’occasion des balades organisées par les "Amis du Cossart" ?


En voilà une belle photo à ajouter sur leur site. Non ?

Les photos artistiques de martin pêcheur, de renard, et surtout de poissons (puisqu’il n’y a ni ruisseau, ni étang, ni même de petite mare) n’ont pas été prises sur le terrain concerné par le projet.

Les photos qui vous ont été montrées, pour défendre les idées des détracteurs, sont prises aux alentours du projet, essentiellement dans les zones forestières et agricoles du reste du Val du Cossart et auxquelles le projet ne touche pas ! (au passage, félicitations aux photographes)

Heureusement qu’à l’occasion de la construction du ring d’Anvers, le même genre de personnes n’a pas été prendre des photos de rhinocéros dans le zoo d’Anvers, ils auraient essayé de faire croire que les travaux du ring allaient faire disparaître les derniers rhinocéros de Belgique …

Peut-être existe-t-il des méchants promoteurs, mais, sans l’ombre d’un doute, il existe aussi des menteurs et des manipulateurs.

Pourquoi vous a-t-on mal informés?

Agissant de la sorte, ils créent la dispute et même la haine contre de simples acteurs économiques de notre région. Il suffit de lire certains commentaires sur le site ou sur la pétition pour s’en apercevoir. Malheureusement le mal est fait.

C’est uniquement pour ce motif que ce site : la vérité sur le Cossart, a été créé.

Or, depuis le 19 septembre 2012, ils sont officiellement "au courant" que ce qu'ils disent est faux. Vous trouverez la lettre que Maître Dister a envoyée aux « Amis du Cossart » via ce lien pour que leur propagande diffamatoire et mensongère cesse.

Vous lirez aussi que certains soi-disant « Amis du Cossart » sont, en fait, de simples visiteurs du site, "embrigadés" sans leur consentement. Et qui sait, vous aussi peut-être ? Nous ne pouvons que vous conseiller d’aller vérifier la liste publiée sur leur site Internet.

Ce courrier n'a eu aucune conséquence sur le site. Ils n'ont rien modifié. Ils ont simplement supprimé le nom des personnes qui se sont plaintes.

Enfin, notons aussi qu'un lien d'information a été publié sur la page Facebook des "Amis du Cossart". Ce lien a été supprimé et, à présent, l'accès à leur page publique est même refusé au promoteur.

Manifestement, les fondateurs de l'ASBL des "Amis du Cossart" contrôlent et filtrent les informations destinées à leurs adhérents. Notamment au niveau des parutions dans la presse qui sont minutieusement triées et dont seules celles qu'ils estiment favorables à leurs intérêts sont communiquées sur leur site.

On ne trouve pas sur leur site, par exemple, le reportage de Telévesdre ci-dessous dans lequel le promoteur s'explique suite aux désapprobations des "Amis du Cossart". Ces derniers n'ont d'ailleurs pas non plus répondu favorablement à la demande de Télévesdre de réagir dans ce reportage sur les contre-vérités dont fait état le promoteur.

La pétition.be

Pourquoi y être favorable ?

Mais après tout, ne dit-on pas:"bien faire et laisser dire" ?